Ligne d'écoute 1 800 630-0907 (ailleurs au Québec, sans frais) 514 630-0907 (Montréal)

FAQ

Tu trouveras ici des réponses aux questions que tu pourrais te poser. Tu as une question en particulier? Écris-nous : info@anebados.com

Qui peut souffrir d’un trouble alimentaire?

Il est important de noter que peu importe son âge, son sexe, son orientation sexuelle, sa religion et ses origines culturelles, une personne peut souffrir d’un trouble alimentaire.

Quels sont les facteurs qui entrent en jeu dans le développement des troubles alimentaires?

Il existe une multitude de facteurs qui font en sorte qu’une personne souffre d’un trouble alimentaire. Cela veut dire qu’il n’y a pas qu’une seule cause, mais bien une combinaison de facteurs qui amènera une personne à développer un trouble alimentaire.

Facteurs de risque individuels :

  • Posséder certains traits de personnalité en particulier, comme le fait d’être perfectionniste, rigide ou encore impulsif.
  • Avoir une faible estime de soi.
  • Tenter de maîtriser le plus possible ses émotions; ne pas se permettre de les vivre.
  • Avoir de la difficulté à exprimer ses émotions et à s’affirmer.
  • Accorder une très grande importance au regard des autres, éprouver le besoin de ne pas les décevoir, leur déplaire et être incapable de leur dire non.

Facteurs de risque familiaux et sociaux : 

  • Vivre une relation particulièrement difficile ou abusive avec les membres de sa famille.
  • Sentir de la pression à être performant dans son milieu de vie (à l’école, dans les sports, autres) et/ou à être parfait.
  • Manque de place pour l’autonomie (sentir que l’on n’a pas le contrôle sur sa vie).

Pression liée au poids, à l’alimentation et à l’apparence:

  • Avoir une famille ou un cercle d’amis qui accorde beaucoup d’importance à l’apparence.
  • Insatisfaction corporelle importante chez l’un des membres de la famille ou chez ses amis.
  • Préoccupations alimentaires importantes dans son entourage (ex. parent constamment au régime).
  • Être la cible de moquerie sur son poids / être victime d’intimidation au sujet de ce dernier ou de son apparence.
  • Posséder certaines croyances rigides quant au poids et à la santé.

Facteurs de risque environnementaux :

  • Avoir vécu un ou plusieurs évènements de vie stressants ou traumatisants (ex. décès, séparation, agression sexuelle ou physique, négligence, déménagement, transition du secondaire au cégep ou entrée à l’université).

Quels impacts les troubles alimentaires ont-ils sur la santé psychologique et physique?

Les conséquences physiques, psychologiques et sociales d’un trouble alimentaire sont nombreuses et graves. Non traités, les troubles alimentaires peuvent mener à la mort.

Sache qu’heureusement, la majorité des conséquences sont réversibles, ce qui veut dire qu’elles ne seront plus présentes avec le rétablissement (si la personne se remet à manger de façon équilibrée et cesse les comportements compensatoires).

Conséquences

Psychologiques :

  • Préoccupations importantes liées à la nourriture et au poids
  • Image de soi déformée
  • Faible estime de soi
  • Honte
  • Tendance à se culpabiliser
  • Isolement et renfermement sur soi
  • Irritabilité
  • Changements fréquents d’humeur
  • Tristesse, dépression
  • Difficulté à se concentrer

Physiques:

  • Fatigue, tremblements, vertiges, évanouissements, maux de tête
  • Insomnie et pertes de mémoire
  • Sécheresse de la peau, perte des cheveux, ongles fragiles et cassants
  • Lanugo (apparition d’un fin duvet de poils couvrant la peau du visage, du dos et des bras)
  • Carences vitaminiques
  • Trouble du cycle menstruel ou arrêt des menstruations
  • Risque d’ostéoporose
  • Réduction de la masse musculaire
  • Constipation chronique
  • Anémie (déficience en fer)
  • Frilosité excessive (mains et pieds froids)
  • Problèmes dentaires
  • Enflure de certaines parties du corps
  • Problèmes gastro-intestinaux
  • Ralentissement du rythme du cœur, palpitations et attaques cardiaques
  • Mort

Est-ce normal si j’ai un trouble alimentaire et qu’après des mois ou des semaines sans comportements problématiques, j’ai une rechute?

Te souviens-tu de la première fois que tu as appris à patiner? As-tu réussi à patiner et à freiner au moment où tu as mis tes pieds sur la glace? Un enfant qui expérimente une nouvelle activité ne réussit pas du premier coup, et c’est tout à fait normal. Il tombera, mais se relèvera et continuera jusqu’à ce qu’il réussisse.

Il en va de même pour le rétablissement. La guérison ne se fait pas de façon linéaire et cela est tout à fait normal. C’est en connaissant des hauts et des bas que le processus doit se faire.

Bien qu’elles soient difficiles et semblent décourageantes, les rechutes (le fait de retourner à des comportements alimentaires malsains que l’on croyait disparus) parlent beaucoup. Il ne faut pas les voir comme des échecs, mais comme des occasions d’apprendre! Elles envoient d’importants messages. Pourquoi les comportements malsains ont-ils refait surface? C’est au cours des rechutes que la personne peut faire un travail sur soi et comprendre ce sur quoi elle doit travailler pour aller mieux.

Ce qu’il est important de savoir, c’est que chaque petit pas compte. Des petits pas en amènent des grands!

Est-ce possible de guérir d’un trouble alimentaire?

Il est possible de guérir complètement d’un trouble alimentaire. Par contre, sache qu’il n’existe pas de solution miracle et qu’une personne ne peut s’en sortir seule. Le rétablissement est possible avec l’aide de professionnels. À travers le processus de recherche d’aide et de guérison, il est également important de s’allier à des personnes de son entourage que l’on considère significative. Outre les parents ou tuteurs (qui auront un rôle majeur à jouer), ce peut être un ou une amie en qui l’on a confiance et qui sera là dans des moments plus difficiles.

Le chemin qui mène à la guérison peut sembler long et difficile, mais il en vaut la peine! La guérison permet de vivre pleinement (et non de survivre), et de se réaliser et d’atteindre certains rêves et objectifs de vie (comme la poursuite de ses études et l’obtention d’une carrière dans le domaine qui nous inspire ou la possibilité de fonder une famille si c’est quelque chose qui nous tient à cœur).

Si je souffre ou j’ai souffert d’un trouble alimentaire, sera-t-il possible pour moi d’avoir des enfants?

Sache qu’avec le rétablissement, le temps et le retour des menstruations, il est possible pour une personne qui s’est sortie d’un trouble alimentaire de devenir enceinte.