Ligne d'écoute 1 800 630-0907 (ailleurs au Québec, sans frais) 514 630-0907 (Montréal)

C’est pour un ami

Il se peut que tu ne saches pas de quelle façon aider ton ami, que tu te sentes impuissant et que tu éprouves une panoplie d’émotions face à ce qu’il vit. Il est important de ne pas rester seul dans cette situation. Ce peut être tout autant difficile pour les proches. Il est possible que tu aies besoin de parler. Tu peux appeler à la ligne d’écoute d’ANEB, si tu souhaites te confier, obtenir du soutien ou encore des références pour ton ami.

La première étape pour aider

La première étape pour aider un ami aux prises avec un trouble alimentaire est de s’informer au sujet de la maladie auprès de sources sûres (professionnels, livres, sites Internet). Tu peux parcourir le site d’ANEB pour mieux comprendre ce que sont les troubles alimentaires. Cela montrera à ton ami qu’il compte pour toi et que tu prends le temps de bien comprendre ce qu’il vit. Le fait de faire des lectures sur le sujet t’aidera également à mieux cerner la façon dont tu peux l’aider.

Contrairement à ce que l’on peut croire, il faut éviter d’obliger la personne à manger, de la féliciter lorsqu’elle a mangé ou de lui offrir des récompenses. Si tu tentes de contrôler son alimentation et d’instaurer des règles, cela risque d’augmenter son sentiment d’impuissance et d’exacerber ses comportements malsains.

Tu dois aussi faire attention aux commentaires en lien avec la nourriture, d’autant plus pendant le repas. Évite de commenter ce que toi ou une autre personne mange. Par exemple, il faut éviter de dire des choses comme « Je me sens grosse, j’ai trop mangé! », « C’est tellement gras! », etc.

Tu peux également
aider un ami

Tu peux également aider un ami qui souffre d’un trouble alimentaire en évitant les conversations et les commentaires par rapport à l’apparence. Si ton ami te parle constamment de son corps et de son poids qu’il aimerait modifier, tu peux lui faire part de tes émotions à ce sujet. N’hésite pas à lui dire que cela te fait de la peine qu’il se dénigre de la sorte, et que tu aimerais qu’il tente de ne plus parler de lui de cette façon. À la question : « Trouves-tu que j’ai pris du poids? », tu peux répondre : « Je vois que ça te préoccupe. Aimerais-tu en parler? »

En tant qu’ami, tu es bien placé pour voir lorsqu’un ami va moins bien. Au lieu de dire d’emblée à ton ami que tu crois qu’il souffre d’un trouble alimentaire, parle-lui plutôt de tes observations et de tes émotions. Parle au « Je ». Par exemple, tu peux lui dire : « Je m’inquiète. J’ai remarqué que ces temps-ci tu es de moins en moins avec nous, que tu sembles préoccupé… voudrais-tu qu’on en parle? » Cette façon d’aborder le sujet favorise la discussion et montre à ton ami que tu te soucies de lui et son bien-être. Lorsqu’il sera prêt à en parler, ton ami saura que tu es là pour lui.

Nous t’invitons à parler

Nous t’invitons à parler à un adulte de confiance si tu sens que la santé de ton ami est en jeu. Comme nous l’avons mentionné plus haut, les troubles alimentaires sont des troubles de santé mentale graves, à ne pas prendre à la légère.

Tu as besoin de parler? Tu veux aider ton ami du mieux possible?

 Contacte-nous!